Migration du Livre des raisons vers CaddyTailor

Après mon site personnal principal, j'ai continué la migration de mes sites avec le Livre des Raisons. Comment cela s'est-il passé ? Et qu'est-ce que le Livre des Raisons ?

Qu'est-ce que le Livre des raisons ?

J'essaie d'√©crire de la litt√©rature r√©guli√®rement. √Ä un moment donn√©, j'avais l'objectif minimal de 200 mots par jour. Mais ma vie a √©t√© quelque peu bouscul√©e ces derniers mois, et j'avoue ne pas m'y tenir depuis un bon moment. J'esp√®re tout de m√™me reprendre bient√īt au moins √† ce rythme.

Une difficult√© qui se pose √† moi pour atteindre cet objectif est le temps de r√©flexion que je dois consacrer √† mes textes les plus int√©ressants √† mes yeux et qui n'ont pas encore √©t√© pr√©sent√©s au public. Je suis bien parvenu √† publier ici quelques nouvelles, po√®mes et ha√Įkus fautifs, mais il ne s'agit que du sommet de l'iceberg √† c√īt√© de tous les textes inachev√©s que je conserve dans mes cartons. Ce qui vous pouvez lire ici n'a √©t√© possible que par √†-coups, lorsque les circonstances et l'inspiration le permettaient.

Dans le but de professionnaliser mon activit√© d'√©criture, il me para√ģt n√©cessaire de parvenir √† une r√©gularit√©. Jack London, auteur qui fut d√©cisif pour mon existence, √©crivait 1500 mots par jour. Mon id√©e est d'obtenir la m√™me r√©gularit√©, en adaptant le volume au temps dont je dispose.

Lorsque je tentais de mettre en Ňďuvre la derni√®re fois (il y a eu d√©j√† deux tentatives qui se sont prolong√©es sur plusieurs mois chacune), il s'agissait alors de mettre √† profit la pause m√©ridienne pour parvenir √† √©crire 200 mots en maximum une heure. Cela n'est pas impossible du tout, mais je ne pouvais alors pas consacrer beaucoup de temps √† la structuration de mon texte. J'eus alors l'id√©e d'√©crire au fil de la plume sans prendre le temps de trop r√©fl√©chir. Je voulais tout de m√™me me donner un fil directeur afin de ne pas me contenter de simples r√™veries ou divagations. Mais lequel ?

Je repensais alors au Livre de raison de Howard Philips Lovecraft. Le titre original est Commonplace Book. Je ne comprends pas la motivation de cette traduction. Cela dit, elle ne me d√©pla√ģt pas. Il s'agit du carnet o√Ļ Lovecraft notait ses id√©es de texte. Il en avait tellement qu'il n'avait m√™me pas l'espoir d'en √©crire la majorit√© et il pr√™tait volontiers ce carnet √† ces amis auteurs en mal d'inspiration pour qu'ils y piochent de quoi √©crire. Certaines ont abouti √† des textes, parfois de Lovecraft, parfois d'autres auteurs, y compris apr√®s sa mort.

Je d√©cidais alors de prendre les id√©es de Lovecraft une par une et d'√©crire une nouvelle correspondante. Je connais bien l'univers de Lovecraft pour l'avoir beaucoup fr√©quent√© pendant mon adolescence. La premi√®re ne m'inspirait pas, j'ai donc d√©cider de les prendre √† rebours en commen√ßant par la deux-cent-vingt-et-uni√®me. Cela about√ģt √† R√©miniscences d'outre-espace. Je trouvais l'exp√©rience plut√īt concluante. Quelques mois apr√®s, j'enchainais sur la deux-cent-vingti√®me avec Le Monast√®re profan√©. Qui me donnait un peu plus de fil √† retordre. Actuellement, je travaille sur deux-cent-dix-neuvi√®me, qui se r√©v√®le la plus complexe jusque-l√†, et qui traine un peu en longueur √† cause de cela et de ma vie mouvement√©e.

Ne décidant pas le titre avant de commencer, je leur donne un nom de code du type "Raison" suivi du numéro dans l'ordre noté par Lovecraft. Ainsi, Le Monastère profané s'est longtemps appelé Raison 220. De là, l'idée d'appeler le recueil Livre des raisons : outre la reprise, à peine modifiée, du titre donné en français au Commonplace Book, il constitue un jeu de mots qui n'aurait pas déplu à Lovecraft. Du moins, j'aime à le croire.

Et CaddyTaylor ?

Quelques mots encore à propos de CaddyTaylor1. Tout d'abord, la migration depuis Sculpin s'est très bien déroulée, pratiquement sans aucun souci, ce qui me donne bon espoir pour les suivants. Le seul que je ne vais pas migrer est mon journal des rêves (bien incomplet au demeurant), dont le contenu sera repris dans le site principal, celui que vous êtes en train de lire, et qui me tient lieu de blog.

J'évoquais la possibilité de créer un pseudo-thème "core" permettant de factoriser certains éléments à partager entre les différents thèmes. Depuis, je l'ai fait pour développer deux fonctionnalités factorisées sur l'ensemble des thèmes, à savoir les logos optionnels CaddyTailor et PixyBlue (on en reparlera) en bas de page et les favicons.

Enfin, j'ai d√©cid√© de changer de licence. Lorsque je commence un nouveau projet, j'ai toujours tendance √† choisir la licence AGPL qui est la plus restrictive des licences libres : en effet, elle interdit l'utilisation dans un logiciel privateur, y compris quand il s'agit d'un service en ligne. C'est ma licence pr√©f√©r√©e, car de cette fa√ßon, je ne travaille pas pour l'ennemi. Toutefois, en repensant √† l'article, d√©j√† √©voqu√©, de Fran√ßois Planque expliquant pourquoi il avait arr√™t√© b2evo, j'ai r√©alis√© que je n'√©tais pas le seul √† donner un bel avenir aux sites statiques. Les sites statiques sont plus rapides, plus efficaces, plus √©conomiques et plus s√Ľrs que les sites dynamiques, mais beaucoup moins souples √† utiliser lorsqu'on veut interagir avec les visiteurs, ce qui se fait de plus en plus. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas de solutions, seulement que celles-ci sont beaucoup moins r√©pandues, moins d√©velopp√©es, bien plus lourdes √† mettre en Ňďuvre, et qu'il y a beaucoup moins d'outils et de personnes comp√©tentes pour y parvenir. Aujourd'hui. J'avoue que, jusqu'√† ce que j'invente CaddyTailor (et que je lise l'article de Planque d√©crivant son parcours avec b2evo pendant dix-huit ans), j'√©tais d√©courag√© par l'ampleur de la t√Ęche. Demain, si les sites statiques se d√©veloppent, tout le monde, moi y compris, en tirera un b√©n√©fice, m√™me lorsqu'il s'agirait de logiciels privateurs. En effet, la s√©curit√© et les √©conomies de ressources qui en r√©sulteraient constitueraient une am√©lioration pour chacun. Dans ce contexte, Caddy et CaddyTailor peuvent avoir un r√īle √† jouer. Pour faire adopter un tel paradigme, y compris par ceux qui ne partagent pas mon id√©e de la libert√©, il convient de ne pas en restreindre l'usage. Je vais donc choisir une licence qui permet l'utilisation dans des logiciels propri√©taires. Reste encore √† savoir laquelle.


  1. Pour ceux qui ne connaissent pas, je vous renvoie √† mon article Invention de CaddyTailor, o√Ļ tout est expliqu√©. Pour l'essentiel, il s'agit de l'outil que j'ai d√©velopp√© pour g√©rer mes sites web. ↩︎